Ils sont beaux, les blogueurs. - La Folle qui court
438
post-template-default,single,single-post,postid-438,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1300,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,qode-child-theme-ver-1.0.0,qode-theme-ver-16.5,qode-theme-bridge,disabled_footer_bottom,wpb-js-composer js-comp-ver-5.4.7,vc_responsive

Ils sont beaux, les blogueurs.

Ils sont beaux, les blogueurs.

19OUAIS ! C’est vrai qu’on a l’air parfait avec nos superbes photos, les blogueurs. Vous avez raison : on a l’air… on a JUSTE l’air. C’est facile de jouer avec la perception. Montrer ce qu’on veut bien et cacher le reste. On le fait tous, en fait. Honnêtement, qui va publier sur Facebook la photo d’une engueulade avec son chum ou d’un échec à l’école ? J’en connais pas beaucoup.

C’est tristement notre réalité(j’viens-tu d’avoir une opinion, moi-là?).

« Joannie, tu es belle, même quand tu cours. »

« Tes photos d’entraînement sont toujours magnifiques. »

« Tu es inspirantes en photo. »

« Toujours à ton avantage. »

Ce sont de beaux beaux commentaires que je reçois maintes et maintes fois depuis que j’ai lancé mon blogue. Et je ne vous cacherai pas que ça fait du bien de vous lire. VRAIMENT. Vous avez pas idée. À vous tous, je dis MERCI. Dans le fond, c’est vrai. Un des objectifs de mon blogue est de transmettre mon plaisir de courir et ma vision de la course, non seulement par mes textes, mais aussi et surtout par les photos que je publie. J’ai d’ailleurs eu l’immense privilège de collaborer avec plusieurs photographes qui ont tous su me faire ressortir à mon meilleur.

Joannie Fortin qui aime une photo d’elle ?! Bin voyons donc !?

Tsé, c’est pas pour rien qu’on m’appelle La Folle. C’est que j’en suis une. Pour vrai ! J’ai longtemps lutté mentalement pour être capable de me voir physiquement telle que je le suis réellement. Et encore aujourd’hui, les personnes qui m’entourent pourront vous confirmer que je suis assurément la fille la plus complexée qui soit. Aaaaaaah ! Vous pouvez me lancer des tomates. Je sais. Je sais. Je ne devrais pas dire ça avec le corps que j’ai. Mais que voulez-vous… c’est un combat mental de tous les jours et j’y travaille très très fort. D’où, notamment, l’arrivée de la course à pied dans ma vie ! Aussi simple que ça ! Rassurez-vous : je suis en pleine santé. Je mange à ma faim(beaucoup même) et je ne passe JAMAIS un repas(plus maintenant). ?

Bref, les photos que je vois de moi sur mon blogue, je les aime et j’en suis fière. Faut croire que c’est parce que je suis dans mon élément et que ce feeling ne ment pas. Je suis heureuse quand je cours ! C’est toute !

PAR CONTRE. TOUTEFOIS. NÉANMOINS.

Ce ne sont pas TOUTES les photos qui sont bonnes. OH BO-BOY ! Et là ce n’est pas la fille complexée qui parle, c’est juste VRAI !

Mon amie photographe Michèle Grenier m’a récemment expliqué sa façon de procéder pour me photographier en pleine action. Elle engage une option sur son appareil lui permettant de prendre en rafale TOUS les mouvements que je fais. Ça lui donne donc une panoplie de photos pour à peine quelques pas de course exécutés devant elle. Ça lui donne l’embarras du choix pour avoir ZE photo, LA plus représentative du mouvement. CAPICHE ?

Michèle m’expliquait qu’en photographie sportive, il y avait les photos « liftées » et les photos « WHAT-THE-FUCK!? ». La première catégorie représente les photos recherchées. Les plus belles. Celles où, en général, l’athlète est en pleine impulsion dans son mouvement ce qui lui donne un aspect « remonté ». En course à pied, ce sera au moment où les pieds lèvent de terre. Lors de cette fraction de seconde, on défie la loi de la gravité. Allez HOP !

Pas trop compliqué jusqu’ici ? Ok.

« WTF!? » représente la catégorie contraire. Vous l’aurez deviné : des photo où les muscles, le gras et la peau sont en pleine descente. Une ostie de pente abrupte ! Pour les coureurs, c’est lorsque le pied est en plein contact avec le sol, en période d’amortissement. Le principe est simple, les images sont assez claires et l’orgueil est fortement atteint !

Oh My God ! J’ai tu vraiment fait ça !?

Ah pis vous savez quoi ?! Je suis d’autant plus fière de ces photos puisqu’à la quantité d’efforts et de jus-de-bras que je mets pour accomplir mes entraînements souvent TRÈS TRÈS éprouvants, je me dis que je dois assurément ressembler davantage à « WTF!? ».

La vie est faite de hauts et de bas… la course aussi.

Et ces photos le prouvent PARFAITEMENT !