Les conseils d'une vraie frileuse pour courir dehors cet hiver - La Folle qui court
2892
post-template-default,single,single-post,postid-2892,single-format-standard,theme-bridge,woocommerce-no-js,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-title-hidden,qode_grid_1300,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,columns-3,qode-child-theme-ver-1.0.0,qode-theme-ver-16.5,qode-theme-bridge,disabled_footer_bottom,wpb-js-composer js-comp-ver-5.4.7,vc_responsive

Les conseils d’une vraie frileuse pour courir dehors cet hiver

L’hiver dernier, j’ai fait une femme de moi ! J’ai pris la grande décision de courir à l’extérieur durant la saison hivernale. Ça faisait au moins trois hivers que je ne mettais pas le bout du nez dehors pour m’entraîner sous prétexte qu’il faisait trop froid. Sans prétention, je crois faire partie des personnes les plus frileuse sur cette planète… du moins, dans ma rue.

Je dois avouer que j’étais un peu tannée de faire mes longues distances sur un tapis. 15km, c’est long longtemps !! Ça devenait démotivant et ce n’est pas nécessairement très très bon pour les articulations,  à long terme.

J’ai donc poursuivi ma saison de course à l’extérieur tout l’automne… jusqu’à l’arrivée des premiers flocons et du temps plus froid. Voilà mon premier bon coup ! J’ai réalisé qu’il vaut mieux y aller graduellement si on veut s’adapter plus facilement. Au fil des semaines, les températures ont changé doucement, mes vêtements se sont adaptés et je n’ai pas eu à vivre un changement drastique lorsque l’hiver s’est installé. J’étais déjà acclimatée.

Autre chose très importante : l’équipement. Je dirais que c’est LA clé qui te permettra de t’entraîner dehors tout l’hiver. De la tête aux pieds, tu dois opter pour des vêtements de qualité, respirants et surtout confortables. Oublie le look. Pendant l’hiver, c’est pas important. De toute façon, personne ne te reconnaîtra. Toutefois, accorde de l’importance à ce principe : celui des couches multiples.

Ça ne sert à rien de trouver un seul gros manteau pour courir l’hiver. Tu auras chaud rapidement et la sueur que tu produiras créera une humidité qui te fera frissonner rapidement. Rien de très agréable. Il vaut mieux mettre plusieurs petites couches et en enlever ou en remettre selon la météo.

J’ai reçu de nombreux messages me demandant ce que je portes, justement, pour courir l’hiver. Alors voilà, c’est dans cet article que je me dévoile.

Haut

  1. Sous-vêtement collé au corps(chandail de combine en laine de merino ou synthétique)
  2. Veste isolante plus chaude (polar ou autre)
  3. Manteau coupe-vent (Par temps très froid, je vais même mettre ma doudoune en duvet. Elle est mince, mais elle m’apporte une chaleur supplémentaire puisque je suis très très frileuse)

Jambes

  1. Legging doublé (il y a un petit polar à l’intérieur)
  2. Pantalon coupe-vent

Pieds

  1. Bas en laine de merino pour l’hiver
  2. Espadrilles à crampons (Ce sont de petits crampons métalliques intégrés dans la semelle de la chaussure. Je cours uniquement avec ça. Certains coureurs vont opter pour des crampons de caoutchouc, mais j’ai tellement peur de glisser et trébucher que je ne prends aucune chance. Les crampons de métal m’apportent la paix d’esprit).

Visage

  1. Cache-cou en laine de merino (Pour les journées très froides, j’ai même un passe-montagne en laine de mérino que je mets en plus de ma tuque. Mon visage ne gèle donc pas)
  2. Tuque ou bandeau

Mains

  1. Gants ou mitaines (Personnellement, je préfère les mitaines puisque les doigts sont tous collés ensemble et peuvent se réchauffer plus rapidement. J’ai tendance à avoir les extrémités qui gèlent en un temps record. Souvent, je vais mettre une paire de gants ET une paire de mitaines)

Évidemment, je ne porte pas tout ça à tous les jours, mais ce sont les vêtements et accessoires qui granissent ma garde-robe pour affronter la saison hivernale. Je n’ai jamais eu froid. Et mon dernier truc afin de m’assurer de me réchauffer rapidement quand je suis dehors : je m’arrange pour rencontrer une côte dès que possible. L’effort pour la monter me permet de réchauffer mon corps très vite et conserver cette chaleur jusqu’à la fin de mon entraînement.

Et dès que je rentre… je saute dans la douche. Pas question d’attendre ! Autrement, les frissons s’emparent de moi. T’as pas idée comme je suis frileuse.

Ce que j’ai réalisé c’est que c’est souvent la motivation à s’habiller et sortir qui peut manquer plutôt que la crainte d’avoir froid. Une fois dehors, on est bien !

Bonne saison !