Mes adresses, les fesses au chaud. - La Folle qui court
420
post-template-default,single,single-post,postid-420,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-title-hidden,qode_grid_1300,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,qode-child-theme-ver-1.0.0,qode-theme-ver-16.5,qode-theme-bridge,disabled_footer_bottom,wpb-js-composer js-comp-ver-5.4.7,vc_responsive

Mes adresses, les fesses au chaud.

Je m’en confesse : je n’ai pas joué dehors depuis Noël. Pas des farces. Ni une promenade avec mes chiens(les pauvres sont surexcités), ni une dose de glissade en famille… et encore moins une sortie de course à pied. Fait bin trop frette !

Non, mais… ça fait les moins-mille-avec-facteur-éolien-de-moins-trente-mille ! Même les chiens évitaient de sortir tellement le froid a été poignant durant les fêtes. Un p’tit pipi drette à côté de la porte (beurk) et ils grattaient pour rentrer. J’ai vidé mon poêle à bois de ses cendres trois fois en dix jours tellement j’ai chauffé. Alors vous dire que l’idée d’enfiler mon insignifiant « lycra doublé en polar » était loin d’être attrayante. T’es très mignon, petit BUFF coloré, mais actuellement t’es pas utile pentoute.

Je suis juste frileuse. Très frileuse. Probablement la plus frileuse EVER. On fini par découvrir ses limites dans la vie… les miennes sont là. Moins douze et moins, ça passe juste pas. Je me suis récemment déclarée le parfait mélange entre la « princesse » et le « casanier » dans le texte « Les 6 profils de coureurs hivernaux » et je confirme mes dires : mes sorties hivernales sont TRÈS TRÈS TRÈS TRÈS conditionnelles. Mais j’aimerais être comme vous, coureurs hivernaux. Vraiment ! À toi, le grand gars méconnaissable, camouflé sous une tonne de vêtements, qui passait devant chez moi en joggant presqu’à tous les jours durant les fêtes… WOW. À toi, Louise, qui s’est gelé les joues en allant courir dix km à moins vingt-cinq… tu as toute mon admiration. À vous, l’adorable couple que j’ai vu passer en trottant par un matin glacial… vous étiez beaux. Mais moi… non. Pas capable. C’est trop pour moi.

Si vous me connaissez, vous savez que je suis la dernière fille qui va chiâler sur la météo. On est au Québec et tout est possible. Même que ça m’impressionne de voir à quel point on passe d’un extrême à l’autre, dépendamment de la saison. Raison pour laquelle je ne passerai pas les prochaines lignes à maudire la température de notre hiver québécois. Au contraire, je suis le genre de fille qui tape sur les nerfs à tout le monde tellement elle trouve du positif dans tout !

Ouais ! Alors au lieu de m’apitoyer sur mon sort durant les fêtes, j’ai opté pour d’autres façons de m’entraîner et de dépenser mon énergie à l’image de sucre et du gras que j’ai ingurgités… et croyez-moi : j’ai pas chômé ! J’en profite également pour vous partager les adresses où je m’entraîne, les fesses au chaud.

Natation

Zéro sueur ! Juste des traces de lunettes autour des yeux qui te donnent l’impression d’avoir pris 20 ans. Sans blague. Un maillot. Une paire de lunettes. Une serviette. C’est tout. Et des piscines, y’en a partout !

Mes adresses : Complexe Hugues-Lavallée (Pont-Rouge), PEPS (Club de triathlon Rouge et Or de l’Université Laval).

Course sur tapis

Mon alternative préférée ! Plusieurs diront que ça devient plate à la longue de faire du tapis. C’est vrai. Faut dire que le paysage reste pas mal le même durant tout l’entraînement, mais perso, ça me permet de jogguer sans avoir à mettre le nez dehors.

Mon spot : Club Entrain (Complexe Jules-Dallaire).

Spinning

Ma découverte ! Si l’intensité d’un entraînement se juge par la sueur qu’on y génère, je confirme que le spinning est le grand gagnant. Être trempé de la tête aux pieds, avoir des essoufflements tellement bruyants qu’ils en deviennent gênants, sentir que les jambes nous brûlent… YEAH ! Ça fait du bien un peu de douleur !

Ma gang : Club de Triathlon Rouge et Or de l’Université Laval (PEPS)

Workout à la maison

Loin de moi l’idée de vous éloigner des cours de groupe, parce qu’il n’y a rien de mieux, à mon avis qu’une gang pour te crinquer à bouger, mais à un moment donné, on ne peut pas payer et se déplacer pour toutes les activités qu’on souhaite pratiquer. Les horaires des centres ne concordent pas toujours avec notre emploi du temps. Vive Youtube ! Tout est là. N’importe quand. T’as le goût de te sacrer une volée de kick-boxing à minuit ? Pourquoi pas ?!

Mon adresse : …euh non. Je ne vous donnerez pas mon adresse à la maison ! ?

Musculation

C’est ce qui me fait le plus souffrir… la maudite muscu ! Mais crime que c’est payant ! Contrairement aux autres activités, celle-là, je la fais en groupe. On appelle ça du circuit. Les coachs nous encadrent afin que nous adoptions les bonnes positions. C’est plutôt complexe. Ce que j’aime c’est que tout le monde peut s’adapter aux entraînements.

Mon centre : XPN (Pierre-Bertrand).

Cette vague de froid m’aura fait découvrir et surtout apprécier la variation de mes activités. On se tanne pas et on a beaucoup moins de chance de se blesser. Je ne me lancerai pas sur cette discussion, mais tous les pros de la santé et du sport sauront vous le dire.

Et si votre résolution est de vous remettre en forme en 2018… ce ne sont pas les choix qui manquent… en attendant le retour des belles journées ensoleillées-à-moins-huit-pas-de-vent !

Bon début d’année, amis de La Folle !