La musique magique. (ça rime) - La Folle qui court
423
post-template-default,single,single-post,postid-423,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1300,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,qode-child-theme-ver-1.0.0,qode-theme-ver-16.5,qode-theme-bridge,disabled_footer_bottom,wpb-js-composer js-comp-ver-5.4.7,vc_responsive

La musique magique. (ça rime)

La musique magique. (ça rime)

Cette semaine, mes collègues m’ont questionnée suite à leur lecture d’un article sur la course à pied qui remettait en question les bienfaits d’écouter de la musique en joggant. Honnêtement, je trouve ça plutôt chouette et flatteur qu’on se tourne vers moi pour des opinons sur la pratique de la course à pied. Je suis pas une pro. Oh non ! Mais chose certaine : je cours. Et quand il s’agit de simples points de vue, ça me fait plaisir de les partager. J’me sens utile !

L’article, plus ou moins scientifique, expliquait qu’une musique plus rythmée et intense que notre rythme de course régulier pourrait nous faire courir trop rapidement, nous épuiser de façon précoce et ainsi nous empêcher d’atteindre les distances voulues. On mentionne également que cet article s’adresse principalement aux débutants qui ne connaissent pas encore bien leur corps et qui pourraient se faire emporter par la musique entraînante en raison des endorphines qu’elle produit.

Pas fou comme raisonnement. Je dirais même logique. J’irais même jusqu’à dire que ça nous est tous déjà arrivé. Oui ! Oui ! Vous vous rappelez cette fois où vous conduisiez votre voiture sur l’autoroute ? La température était belle et c’était ZE toune qui jouait à la radio… HEIN ?! Cent quarante kilomètres à l’heure !?! Eh oui ! L’effet euphorisant de la musique vous a fait, bien malgré vous, appuyer solidement sul’ champignon.

C’est vrai, à mon avis, qu’un coureur qui ne se connaît pas encore bien, aura de la difficulté à gérer sa vitesse et sa constance, surtout lors de plus longues distances. Pas de panique ! C’est difficile d’y arriver, même après de nombreuses années. C’est là que deviennent pertinentes les montres GPS ou encore les applications de course à pied(full gratuites!). Notre vitesse est constamment indiquée et ça nous permet de bien gérer nos différentes sorties… sans nous empêcher d’écouter notre si fabuleuse, puissante et tellement motivante playlist !

Parce que pour moi… la musique en courant, c’est chouette.

Non, j’dirais que c’est utile. Plus que ça, ma musique en courant est ESSENTIELLE.

La musique…

… me garde dans ma bulle.

La musique a cette faculté de me garder concentrée. Ni plus ni moins. Elle me coupe de tous les bruits, les distractions qui pourraient me démotiver à courir. Avec elle, je reste « focus » et j’avance.

… me fait croire que je suis hot.

La Folle Qui Court aime se prendre pour quelqu’un d’autre quand elle s’entraîne. Pis je l’assume tellement en plus ! J’me fais des scénarios pis toute pis toute, là… oui, oui. Comme quoi ? Ça dépend justement de la musique. Par exemple… quand « Wavin’ Flag » joue, je me prends pour une joueuse de soccer qui entre sur le terrain à la Coupe du Monde. J’imagine un stade rempli et plein de fans qui crient… c’est con, hein ?! Mais lorsque je pense à ça, je ne pense pas à ma vitesse, ni à rien d’autre. Le temps passe beaucoup plus vite ainsi !

… me motive.

On s’entend-tu qu’à ce temps-ci de l’année, s’entraîner… bof. Il fait frette, c’est glissant, c’est long s’habiller. Bref, toutes les raisons sont bonnes pour ne pas sortir. MAIS ! Quand je sais que je viens d’ajouter une(ou plusieurs) nouvelle toune à ma playlist de course, c’est comme si ça me donnait le goût d’y aller davantage. J’ai comme hâte d’aller la tester pour voir quel effet ça aura sur mon entraînement. Aussi niaiseux que ça !

… me fait aller plus vite.

Je le confirme. En ce qui me concerne, la musique augmente ma vitesse. Lors d’une course, par exemple. Mon but est clairement de faire la meilleure performance possible. Avec le recul, j’ai réalisé que la seule chose à laquelle je m’accroche lors d’un événement de course à pied, c’est ma musique. Je l’écoute plus que jamais. Je m’attarde au beat, aux paroles. Ça me crinque vraiment. Je suis tellement imprégnée par celle-ci que je ne vois plus les autres coureurs. Et si on ajoute à ça l’adrénaline du moment, je suis convaincue que la musique contribue grandement à me faire mieux performer.

… me coupe du son.

Je sais que dans l’idéal, il serait préférable que personne ne court avec de la musique sur les routes publiques. C’est dangereux en raison du fait que les coureurs n’entendent plus les sons ambiants et pourraient ne pas entendre une voiture arriver, par exemple. VRAI. C’est tout à fait vrai. MAIS ! Parce qu’il y a toujours un mais. Personnellement, je dois dire que ma musique n’est pas forte lorsque je cours sur la route, justement par prudence. Mais on va se le dire… que c’est chouette de ne pas s’entendre respirer ! Sérieusement ! Pour moi, ça fait toute la différence. J’ai tellement une respiration bruyante quand je suis essoufflée que j’ai l’impression que ça m’influence. J’ai l’impression que je dépérie encore plus vite lorsque je me rends compte que mon souffle est court. Alors vive la musique pour me couper de mes gênants râlements ! J’vous le dit. C’est vraiment pas chic !

Ooooohh ! Mais ne serait-ce pas votre voix que j’entends me dire : « Joannie, que feras-tu lors de ton triathlon, au Triathlon de Québec ? Il ne te sera pas possible d’écouter de la musique »… JE SAIS ! Et je vous confirme que ça fait pas mon affaire ! Non, sérieusement. Je ne vous cacherai pas que je me mets déjà dans la tête que je devrai faire ce beau défi sans mes écouteurs. Quoi que… une lectrice m’a récemment envoyé le lien web d’une paire d’écouteurs conçus pour la nage et le vélo… capoté ! Mais… NAH !

Je le vois comme un autre challenge mental pour la folle que je suis.

Je n’aurai qu’à m’imaginer être Céline et me chanter toutes les tounes qui me crinquent !