La Patience. - La Folle qui court
426
post-template-default,single,single-post,postid-426,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-title-hidden,qode_grid_1300,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,qode-child-theme-ver-1.0.0,qode-theme-ver-16.5,qode-theme-bridge,disabled_footer_bottom,wpb-js-composer js-comp-ver-5.4.7,vc_responsive

La Patience.

J’me souviens quand j’étais enfant … on me disait « sois patiente ». « Attends un peu ». « Ça s’en vient ». Attendre ?! Comment ça ?! Mais combien de temps ? Et pourquoi pas maintenant ? C’était tellement abstrait pour la toute-petite-fille que j’étais !

On dirait qu’avec l’âge, c’est pas mieux. On s’entend que j’arrive très bien à saisir le sens et la définition du mot « patience », mais l’appliquer… OUF ! C’est autre chose… en fait, c’est de la crotte. Je disrais même de la crotte qui pue(la gamine en moi qui ressort). Surtout ces temps-ci dans mes entraînements. J’ai l’impression que rien n’avance comme je le voudrais. Je sais pas pourquoi.

En fait, je sais très bien pourquoi.

De nature, je suis perfectionniste. J’aime réussir du premier coup. J’aime pas ça quand je n’atteins pas mes objectifs rapidement. Ne pas avoir le contrôle sur ce que je fais… ça m’énerve ! En contre-partie, je n’ai jamais poussé les choses pour qu’elles arrivent plus rapidement. Que ce soit au travail ou dans ma vie personnelle, j’ai toujours usé d’une grande patience. Chaque chose en son temps. Cette vision m’a toujours suivie et m’a curieusement toujours réussie.

Mais y’a des moments comme ces temps-ci où j’ai de la difficulté à m’en rappeler…

Dans les derniers mois, en vue de mon premier triathlon, j’ai intégré de nouvelles disciplines à ma routine d’entraînement et j’ai l’impression de tout faire tout croche. Tsé quand t’as constamment l’impression d’être dans une zone grise ? Que chaque foulée de course n’avance pas. Que chaque coup de pédale n’aide en rien. Qu’aucune longueur en piscine ne semble fluide ? C’est ça mon feeling, ces temps-ci. Je ne pourrais pas dire que je suis découragée, bien au contraire. Je suis motivée plus que jamais. J’ai juste hâte d’avoir pris ma vitesse de croisière.

JE SAIS que dans quelques semaines ce sera mieux. Je sais que je vais faire des progrès lors de mes prochains entraînements. Je sais que j’ai de supers coachs pour m’aider. JE SAIS. Je sais que je capote pour rien. JE SAIS. C’est bien ça le pire.

Ça m’a juste fait du bien de l’écrire.