8 profils de coureurs que vous rencontrerez assurément cette saison ! - La Folle qui court
465
post-template-default,single,single-post,postid-465,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-title-hidden,qode_grid_1300,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,qode-child-theme-ver-1.0.0,qode-theme-ver-16.5,qode-theme-bridge,disabled_footer_bottom,wpb-js-composer js-comp-ver-5.4.7,vc_responsive

8 profils de coureurs que vous rencontrerez assurément cette saison !

Des courses, j’en anime. Beaucoup. Ce sont des contrats que j’adore ! Ça me permet de vous rencontrer et souvent d’en apprendre sur ce qui vous pousse à vous entraîner. Très enrichissant ! Ceci dit, mon expérience comme animatrice et comme coureuse m’a permis de remarquer certaines « sortes » de coureurs. Des profils que vous avez peut-être déjà remarqués ou que vous remarquerez suite à la lecture des prochaines lignes…

L’élite
Lui, c’est un coureur facilement reconnaissable par son apparence. Souvent grand. Élancé. Il a des jambes de 6 pieds de long, découpées au couteau. Il doit pesé 120 livres mouillé. Côté habillement ? Le plus léger possible : petits shorts volants et camisole super lousse. Pas de doute qu’il finira sur le podium.

Le célibataire
Celui qui s’inscrit à plein plein d’évènements de course à pied dans le seul et unique but de faire des rencontres amoureuses.Le célibataire est tellement investit de sa mission de dénicher la perle rare qu’il saisi toute occasion de jaser avec un maximum de personnes potentiellement intéressantes. Son approche n’est aucunement subtile. Il ne manquera pas de vous dire qu’il est célibataire dans les 30 premières secondes de conversation.

L’émotif
L’émotif, il pleure. Il va pleurer avant sa course en voyant que le départ approche. Il va pleurer pendant sa course lorsqu’il verra les membres de sa famille venus l’encourager. Et il va pleurer à la fin de sa course parce qu’il sera fier d’y être arrivé. C’est ça la beauté de la course à pied. On ne connaît pas l’histoire des coureurs à nos côtés. On ignore ce qui les motive à bouger. Mais ce qu’on sait, c’est que ça les fait brailler !

Le flasheux
Quand tu vois le flasheux, t’as l’impression que c’est un athlète-vedette de haut niveau tellement son apparence est impeccable. Le soulier qui fitte avec la tite-chaussette qui s’agence avec le chandail. Sans oublier un rappel de couleur dans les shorts et la casquette. TOUT est coordonné. Et que dire de la queue de cheval… elle est PARFAITE ! C’est à se demander combien de temps il prennent pour se préparer ?! Tout ça pour réaliser qu’ils sont des coureurs pas plus impressionnants que toi et moi.

Le nerveux
Il est plutôt divertissant celui-là ! La veille de sa course, il va revisiter au moins 15, si ce n’est pas 20 fois son sac question de n’avoir rien oublié. Une fois sur le site de départ : incapable de rester en place, il bouge sans cesse. Il ne parlera pas à grand monde tellement il sera dans sa tête et il n’aura pas non plus de grand sourire. Son endroit préféré ? Les toilettes. Il les occupera au minimum 4 fois avant le départ.

Le chameau
Il y a être prévoyant… et il y a le chameau. Vous savez, cette personne qui traîne TOUT ce qu’elle peut avoir sur elle pendant sa course. D’un coup que… Pour y arriver, elle s’est achetée une veste d’hydratation qu’elle va fouler au maximum. Des gels, des mouchoirs, des pansements, des collations, de l’eau, du lipsil, une autre paire de lunettes solaire, des lacets, des bas… AU CAS OÙ !! Et souvent, c’est pour courir 5km.

Le fidèle
Comme le Vagabond ! C’est le coureur qui sera de toutes les courses, ou presque. C’est pas compliqué : il est partout. D’ailleurs, il ferait un excellent ambassadeur de chacune des courses auxquelles il s’inscrit parce que souvent, il arborera le chandail officiel de celles-ci. Il jase avec plein de gens et il a l’air de s’amuser. Je ne connais son budget de course pour la saison, mais il est assurément plus élevé que le mien !

Le parent-poussette
Le plus facile de retracer : le coureur au chariot à trois roues… et sa marmaille. C’est le coureur que tout le monde trouve donc beau à regarder, mais personne ne voudrait être à sa place. Déjà que c’est quelque chose d’avoir à se traîner soi-même pendant une course, imaginez-vous avec le poids d’une poussette et celui du bébé… BRAVO, Parent-Poussette !