Partager mon plaisir de courir dans ma communauté - La Folle qui court
5414
post-template-default,single,single-post,postid-5414,single-format-standard,theme-bridge,woocommerce-no-js,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-title-hidden,qode_grid_1300,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,columns-3,qode-child-theme-ver-1.0.0,qode-theme-ver-16.5,qode-theme-bridge,disabled_footer_bottom,wpb-js-composer js-comp-ver-5.4.7,vc_responsive

Partager mon plaisir de courir dans ma communauté

Il y a 7 mois, l’idée de courir quelques minutes au lieu de marcher comme à mon habitude m’a traversé l’esprit. Motivée par un besoin d’intensité positive et un besoin criant d’évacuer le trop plein vécu à mon travail, je me suis donné à fond dans cette première expérience de course à pied. J’avoue, j’ai poussé la limite assez pour être rackée de partout pendant une bonne semaine. Mais malgré tout, j’avais ressenti du plaisir à le faire et un bien être mental comme rarement auparavant. C’est à ce moment-là que j’ai réalisé que mon équilibre mental allait passer par la course à pied. J’avais déjà hâte à la prochaine course.

Rassembleuse de nature, j’ai relancé une amie qui courait déjà en solo et j’ai proposé le défi à une autre qui n’y avait jamais songé à pratiquer la course à pied. Toutes les deux ont accepté de me suivre lors de mes sorties de course. On a commencé à courir en forêt… trois kilomètres à la fois. La fierté dans nos yeux.. je te dis pas ! J’avais découvert un sport  tellement puissant et enivrant. C’est pas mêlant, j’avais le gout de crier à tout le monde comment ça me faisait du bien dans la tête.

J’habite une petite municipalité dans Bellechasse, loin des clubs de course, mais notre force c’est la proximité entre les gens de notre communauté. J’ai donc parlé de mon nouveau sport à certaines amies et connaissances. Puis on a créé un groupe Messenger avec un nom plutôt loufoque tout simplement parce qu’on ne s’est jamais prises au sérieux. Alors quelques semaines plus tard un groupe de huit mamans entre trente et quarante ans ont suivi la vague.

Je pense que sans m’en rendre compte j’ai inspiré ces femmes merveilleuses qui aspiraient, elles aussi, à un changement dans leurs habitudes. C’est peut-être mon énergie, ma fierté ou ma conviction qui ont attiré vers moi mes Toutounes. Ben oui, on s’appelle affectueusement de même !

C’est ça mon bonheur ! C’est de partager avec elles ces kilomètres, accompagnés ou en solo. Que ce soit en forêt, sur la route, sur la piste cyclable, en vacances, en Gaspésie, au Saguenay … Ce sont elles qui me motivent à me dépasser. Chacune, à tour de rôle, on s’entraide par nos gestes, nos paroles et nos actions. Sans trop en être consciente, chacune contribue à changer concrètement la vie de l’autre en même temps que la leur.

Je vous mentirais si je vous disais qu’on est toute motivée égale, qu’on a tous les mêmes objectifs, qu’on est toutes les huit ensemble chaque fois. Ben non ! Et c’est parfait de même. Certaines courent plusieurs kilomètres par semaine, d’autre moins régulièrement et certaine préfèrent la marche. Et tu sais quoi ? On a tous un point en commun : un désir de changement, de bien-être et ça c’est positif. Et surtout, malgré tout on est solidaire les unes envers les autres.

En août, quelques-unes se sont inscrites à une course à obstacles. Ce petit défi était en fait une récompense qu’on se faisait à soi-même. Une occasion de célébrer nos efforts et de repousser nos limites en ayant du gros fun!

Joanie dit dans son livre La Course c’est la Vie : « Notre entourage influence qui nous sommes et ce que nous pouvons devenir. » C’est en plein ça ! Ma gang de Toutounes s’agrandie. Certaines amies qui habitent à l’extérieur se sont jointes à nous. C’est en parlant du bien que la course me procure que certaines amies ont tenté l’expérience. Pour vrai cela me rend fière, parce qu’on peut avoir de l’influence dans la vie des autres en faisant quelque chose qu’on aime et  qui nous fait du bien. Mes enfants m’ont souvent vu partir courir et en revenir fière et sereine. Par ce mode de vie, je les ai influencés aussi puisqu’ils ont voulu faire quelques courses occasionnelles avec moi. Jamais j’aurais pu envisager que mes premiers petits pas de course auraient cette influence sur mon entourage. Présentement, je peux dire que mon estime, mon image personnelle, ma fierté et mon réseau social ressemblent à la personne que je suis et que j’aspire à être.

C’est à travers de merveilleux moments de complicité et de plaisir que la course à pied à fait de moi une version meilleure de qui je suis. Alors en votre honneur mes Toutounes sachez que vous entretenez ma motivation et vous faites une différence dans mon parcours de course à pied. Grace à vous j’ai hâte à la prochaine course peu importe avec qui je la ferai. Je sais pertinemment que seront du plaisir et de la fierté qu’on va en retirer. Et même si cette prochaine course sera peut-être seule, je sais que vous serez là avant ou après si j’en ai besoin.

J’espère que j’aurai su t’inspirer avec ma gang de course. Tout comme cet homme de soixante-dix ans qui court, comme cette amie qui me donne la motivation de ne pas abandonner, comme ceux qui attentent leur confrère, ceux qui applaudissent en fin de parcours, ceux qui crient ton nom, ceux qui te sourient, comme mon amie qui prend la fameuse photo de cette montée que tu réussis pour la première fois ou qui prend la photo de groupe qui affichent des visages rougis par le sentiment d’accomplissement.

Merci Joannie. Ton livre m’a permis de réaliser à quel point ma gang de course est déterminante dans ma progression. Merci aussi à mes précieuses Jennyfer, Mariève, Emilie, Isabelle, Sophie, Marylin, Geneviève.

Emilie Lamontagne
[email protected]

Je suis une maman de 5 ans... et donc une femme multitâches par le fait même! Rassembleuse, sensible, loyale et créative sont les qualités qui me décrivent le mieux quotidiennement. Mon bonheur passe par mes relations et je suis de celles qui croit qu'on a le pouvoir des choix de notre vie!